Avril 2019   Boréal


Jean Sibelius (1865-1957), Valse triste
Carl Nielsen (1865-1931), Petite Suite
Edvard Grieg (1843-1907), Deux mélodies nordiques

Arvo Pärt (*1935), Summa
Edvard Grieg (1843-1907), Suite Holberg

 

Samedi 20 avril, 20h, église St Laurent, Lausanne

Dimanche 21 avril, 17h, Temple de Lutry

 


Note de programme

Non sans malice, Claude Debussy écrivit un jour d’Edvard Grieg qu’il « abusait un peu du droit d’être Norvégien ». Que nous dit cette énigmatique remarque, si ce n’est souligner ce je-ne-sais-quoi de singulier propre aux compositeurs nordiques?
On ressent dans cette musique comme un poids, une nostalgie inconsolable pudiquement dissimulée derrière une apparente rigueur formelle. Qu’il s’agisse de la valse triste du finlandais Jean Sibelius, des deux mélodies norvégiennes de Grieg ou de la Petite Suite pour cordes du danois Carl Nielsen, il semble que la musique veuille nous dire quelque chose sans jamais en venir exactement au fait : elle évite au dernier moment les emportements trop attendus, ignore les tournures trop dramatiques et s’exprime par périphrases, comme pour éviter de prononcer certains mots trop crûment.

Il s’y a ajoute parfois, en particulier dans Summa de l’estonien Arvo Pärt et dans la Suite Holberg de Grieg, une forme de célébration du passé ; un passé mythique et immémorial. Un Âge d’or perdu dont les traces nous apparaissent par bribes. Telle mélodie semble émerger d’une liturgie ancienne, tel rythme d’une danse oubliée, telle harmonie d’un rituel païen inconnu.

Un concert qui vous invite en somme à redécouvrir en musique les pays scandinaves et cette aura de mystère qui les entoure encore aujourd’hui ; l’impression qu’à tout moment, à la faveur d’une aurore boréale, des dieux oubliés vont émerger de ces profondes forêts ou des rudes paysages accidentés qu’offre la toundra nordique.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon