Octobre 2018    Samain


Toru Takemitsu (1930-1996), Requiem
Witold Lutosławski (1913-1994), Musique funèbre
Dimitri Chostakovitch (1906-1975), Requiem for strings


9 octobre, fondation l’Abri, Genève, 20h, entrée libre
10 octobre,20h, l'Orangerie, ateleier d'Yves Dana, Lausanne, entrée libre, collecte pour les artistes

14 octobre, 17h, l'Orangerie, ateleier d'Yves Dana, Lausanne, entrée libre, collecte pour les artistes

En raison du cadre exceptionnel du concert à l'Orangerie, les réservations sont obligatoires via email à ataremac(at)gmail.com


Note de programme
Pour la Toussaint, la Camerata Ataremac vous propose un triple concert funèbre: la mort tourmentée, la mort inéluctable et la mort solitaire.
Samain est le nom celtique de la fête dédiée aux morts, ancêtre de notre désormais internationale Halloween. De tout temps, la musique a accompagné les vivants dans leur méditation sur leur propre finitude. Ce programme met en lumière ces œuvres qui au XXème siècle ont perpétué cette tradition de musique funèbre. Le requiem de Takemitsu, peut-être le plus connu des compositeurs japonais, est l’œuvre d’un jeune homme de vingt-sept ans qui rend ici hommage à l’un de ses professeur décédé quelques années plus tôt. On y sent encore l’influence de l’expressionnisme allemand : une musique romantique, tourmentée, sous-tendue par une harmonie dense en perpétuelle tension. C’est grâce à cette œuvre, remarquée par Stravinski, que Takemistu se fera connaître du grand public.
La musique funèbre de Lutosławski, compositeur polonais, est elle dédiée au compositeur Béla Bartók. Sa musique rigoureuse, monolithique et majestueuse, évoque le caractère douloureux et inéluctable de la mort.
Enfin, le requiem de Chostakovitch est une transcription, validée par le compositeur, de son quinzième et dernier quatuor. Cette œuvre, extrême par sa durée, nous incite à une réflexion méditative sur la mort. Un musique dépouillée, parfois lumineuse en apparence, mais qui par ses proportions démesurées appelle une introspection profonde et solitaire, où le thème du vide est omniprésent.

Nicolas von Ritter-Zahony

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon